A la bonne franquette

Cette expression viendrait de « franchette » qui voulait dire « franchise » mais qui se prononçait « franquette » dans les régions normandes et picardes au 17ème siècle. Il faut comprendre ce terme comme « libéré de toute règle », notamment des contraintes liées aux grandes réceptions.
Vers le 18ème siècle, on y a ajouté « bonne » pour appuyer encore le sens. Selon l’historien Claude Duneton, cette expression pourrait se comprendre aussi comme le contraire de « à la française » qui signifiait « luxueusement » au 16ème siècle.
Recevoir des amis « à la bonne franquette » veut donc dire qu’on les invite à manger en privilégiant la convivialité sur le luxe et la qualité des mets.
C’est un peu le contraire de « mettre les petits plats dans les grands ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *